samedi 28 mars 2015

Le livre du thé, de Kakuzo Okakura

Pas de doute, j'aime le thé, je ne pourrais pas imaginer un petit-déjeuner sans thé, une journée sans thé.

  Le thé n'a ni l'arrogance du vin ni l'affectation du café - et encore moins l'innocence minaudière du cacao.

J'aime le thé depuis toujours, à vrai dire, mais jamais je ne m'étais interrogée sur tout ce que cette boisson impliquait comme art de vivre et philosophie!
Dans ce livre, le thé reprend toutes ces lettres de noblesse. Cérémonial, démocratique, spirituel, revigorant, apaisant, purifiant et j'en passe, cette "écume du jade liquide" a traversé les siècles en Chine et au Japon et établi un vrai art de penser qui se traduit par l'établissement des maisons de thé.
Il nous enseigne l'art de le préparer et de le servir, mais aussi celui de le mettre en contexte, tout étant dans les détails de la décoration. Parce que boire un thé est plus qu'un plaisir, c'est une expérience intérieure.
Okakura, sous prétexte de nous en expliquer les tenants et aboutissants, en profite pour défendre la culture orientale, mise à mal en ce début de vingtième siècle par la présence de l'Occident en son sein. Il s'en dégage des manières de penser et de vivre souvent totalement différents.
Il nous enseigne une autre harmonie, une autre façon d'appréhender le respect, la lenteur, la contemplation.


Ce thé devint une façon de vivre - une voie pratique d'accomplissement spirituel. 


L'essai est accompagné d'une préface ET postface de Sen Sōshitsu, descendant de cinq générations de maîtres de thé, qui nous présente l'auteur - habitué du monde occidental et donc légitime critique des deux mondes - et explique que ce livre a changé sa vision de la vie. 


HiroshigeMariko, famous tea house


Ce livre traînait dans ma bibliothèque depuis des années, accompagnant un pot de thé reçu en cadeau. Je suis heureuse de m'être enfin décidée à le lire. 



1 commentaire:

synchroniciteetserendipite a dit…

Tu me donnes envie en tout cas de lire le livre et de boire un thé ;)